Questions & Réponses

Posez ici toutes vos questions et obtenez rapidement des réponses de notre part ou de la communauté.

Votre question ou un mot-clé

Question en attente de réponse

Yves DESBATS
Yves DESBATS

Suggestions pour que le train soit accessible à tous

SUGGESTIONS POUR QUE LE TRAIN SOIT ACCESSIBLE A TOUS

L’année 2019 est celle de la prise de conscience collective et citoyenne des incidences du réchauffement climatique sur la vie quotidienne. Une des causes de ce réchauffement sont les émissions de carbone et de particules émises par les différents types de transports.
Sur ce plan, le train est particulièrement performant par rapport à l’aviation, la voiture individuelle et le bus et tout le monde en convient. Cette prise de conscience est particulièrement importante chez les jeunes avec le mouvement “honte de prendre l’avion”
Il revient donc aux opérateurs ferroviaires et en particulier à la SNCF de mener des politiques incitant encore plus les clients à choisir le train comme mode de transport.

Le TGV et ses lignes nouvelles LGV sont de formidables outils d’aménagement du territoire qui ne sont plus à démontrer, mais ce système a ses limites, notamment en matière de tarifs qui à partir de 15 jours avant le départ deviennent prohibitifs (même en OUIGO) et obligent trop de clients à s’en détourner.
On constate en effet pour une bonne partie de la clientèle (jeune en particulier) qui se détourne du train que le cout du trajet est plus important que sa durée.

La politique tarifaire du TGV est aujourd’hui dictée par le “Yield Management” issu du transport aérien afin de dissuader, par le prix, les clients de prendre le train lorsque l’on achète son billet tardivement ou certains jours et heures. Ceci est directement lié à la saturation des LGV et des gares des grandes métropoles, ce qui limitent le nombre de trains.

Or les chemins de fer Français disposent d’une importante infrastructure classique (donc hors LGV) qui est aujourd’hui sous exploitée, notamment la nuit, par rapport à ce qu’elle était début 1980. Ceci est du une diminution drastique des trains intercités ainsi que des trains de marchandises.
Une reprise de l’offre de transport avec des trains classiques de jour comme de nuit génèrerait un trafic non négligeable et permettrait au client d’avoir enfin le choix entre le prix et la durée du transport.

Pour absorber ce nouveau trafic, il est évident que les gares parisiennes (sauf Austerlitz) et celles des métropoles de province ne pourront pas le faire.
Par contre, en banlieue immédiate de ces villes, il existent de nombreuses “friches ferroviaires” qui pourraient être réhabilitées en gare et centre de maintenance du matériel roulant. En particulier en région parisienne, les sites ferroviaires à proximité immédiate des gares du métro du Grand Paris pourraient être de bons exemples et doivent donc dès aujourd’hui être sauvegardés.

Les habitudes de mobilités sont en train d’évoluer par la prise de conscience écologique : les habitants des grandes métropoles n’auront plus forcément besoin de voitures automobiles car trop contraignantes vis à vis des normes environnementales.
S’il existe un moyen de transport collectif attractif, ces “nouveaux “ clients l’utiliseront et pourront ensuite louer sur le lieu de leur destination des véhicules en auto partage. Les sociétés de location sont en train d’évoluer en ce sens et pourraient avoir un partenariat avec l’opérateur ferroviaire.

Le système ferroviaire fonctionne avec une constante de temps de l’ordre de 10 ans entre le projet, la prise de décision, la réalisation et la mise en service. En 2030, la voiture thermique sera bannie de certaines grandes villes, la voiture électrique ne l’aura pas remplacée pour les grands parcours faute d’autonomie suffisante.
Il est donc grand temps que des décisionnaires aient des visions à moyen et long terme pour que le chemin de fer ne rate pas le rendez-vous. Ce mémo avait pour but de lancer quelques pistes.

Aucune réponse

Voir le haut de la page