Questions & Réponses

Posez ici toutes vos questions et obtenez rapidement des réponses de notre part ou de la communauté.

Votre question ou un mot-clé

Question en attente de réponse

Gérard Fontaine
Gérard Fontaine

Dessertes Ouigo à compter du 7 juillet 2018

Madame, Monsieur,

Je m’adresse à vous dans ce contexte de réforme ferroviaire.

Ayant découvert qu’une fois de plus, notre gare de Reims Champagne-Ardenne TGV faisait les frais d’une suppression de desserte alors que dans le même temps, Monsieur Pépy nous
annonçait fièrement que ses trains Ouigo partiraient de la gare de l’Est à partir du 7 juillet 2018 et qu’ils seraient plus nombreux, je vous adresse ce mail car je trouve ces suppressions soudaines
de dessertes particulièrement désespérant !

Depuis le mois de juillet 2017, la gare de Champagne-Ardenne TGV était desservie par le train low-cost de la SNCF Ouigo.
Cette desserte permettait de se rendre à Strasbourg en 1h20 pour seulement 10 euros le trajet.

Cependant, un an plus tard, c’est déjà terminé ! ou presque…

Pourtant, à partir du 7 juillet 2018, quatre Ouigo au départ ou à destination de Paris-Est au lieu d’un seul jusqu’à présent (de Marne la Vallée) traverseront chaque jour la gare de Champagne-Ardenne TGV dans les deux sens.

  • Deux en provenance ou à destination de Strasbourg, mais hélas, aucun ne desservira Champagne-Ardenne TGV. Plus aucune possibilité donc de se rendre à Strasbourg à moindre coût.
  • Un en provenance ou à destination de Nancy mais qui ne desservira pas non plus Champagne-Ardenne TGV. Dans ce cas c’est une bizarrerie dont la SNCF a le secret,
  • car avec ce Ouigo, on pourra revenir de Nancy vers Champagne-Ardenne TGV, mais on ne pourra pas se rendre à Nancy… pas d’arrêt de ce Ouigo à Champagne-Ardenne TGV à l’aller.

    • Un en provenance ou à destination de Metz. (le seul Ouigo qui fera une halte à Champagne-Ardenne TGV ….dans les deux sens-).

    À l’étude de ces nouvelles (non) dessertes, force est de constater que la direction de la SNCF se moque des provinciaux de sous-catégorie que nous sommes, habitants de villes moyennes,
    et cela confirme que les gares LGV hors des villes qui ne sont que des variables d’ajustement à la circulation des TGV et non des infrastructures au service de la population.

    Si lors de chaque décision concernant les dessertes, l’aménagement du territoire était pris en compte, on pourrait considérer que la SNCF joue son rôle de service public y compris
    avec ses liaisons ferroviaires à grande vitesse. Mais dans cet exemple du Ouigo, c’est la double peine assurée. Une entreprise publique sans souci d’intérêt général qui opère
    en situation de monopole et l’impossibilité pour les usagers ou clients de se tourner vers un autre opérateur ferroviaire.

    Cordialement,

    Gérard Fontaine - Reims

Réponses

Bastien Maillefaud
Bastien Maillefaud

La même problématique se pose à moi. Je fais le trajet chaque semaine et ce train me permettait non seulement d'être à l'heure au travail mais en plus à un prix raisonnable. Désormais les seules offres disponibles sont à plein tarif et ne permettent plus d'arriver à Strasbourg avant quasiment 10h... Niveau cohérence du territoire et connectivité au sein d'une même région vers sa capitale on a vu mieux...

Votre remarque commençant à dater, je m'étonne que personne n'ai réagit. Il n'y aura donc réellement aucune autre offre sur cette ligne...

C'est malheureux, et n'aidera pas à remplir les trains qui pourtant passent par ces gares, mais ne s'y arrêtent pas. Après tout certains doivent être des citoyens de deuxième zone, que l'on habitue quelques mois à une offre avant de la lui retirer en espérant qu'il continue docilement à prendre le train, mais à tarif plein cette fois.

Gérard Fontaine
Gérard Fontaine

Monsieur, je vous confirme que désormais, il n'y aura plus de Ouigo pour Strasbourg à partir de Champagne-Ardenne TGV bien que deux Ouigo vers cette ville passeront par cette gare... mais à 320 km/h. Je souhaite au plus vite que la véritable concurrence arrive et que Monsieur Pépy arrête de faire joujou à l'entreprise privée tout en jouissant d'un monopole public. Car il est bien là le problème de ces arrêts soudains de dessertes. Nous n'avons pas d'alternatives ! Ouigo n'a fait aucune pub sur Reims pendant un an et évidement, faute d'une fréquentation suffisante, on arrête Champagne-Ardenne... mais on dessert Colmar sur une ligne classique après Strasbourg. Cherchez l'erreur ! Pour protester, j'ai pensé acheter un billet Ouigo à 16 euros de Paris à Strasbourg et emprunter un TGV classique à destination de Strasbourg qui lui s'arrêtera à Champagne-Ardenne. Si nous étions 100 ou 200 personnes à faire la même chose, cela ferait peut-être son effet auprès de ces stratèges de mes deux mais je doute que cette démarche rassemble les foules. Pourtant, elle serait en parfaite harmonie avec la logique ridicule de la SNCF qui fait maintenant rouler ses OUIGO sur des lignes classiques hors LGV mais qui abandonne des Gares LGV en rase campagne de surcroît financées par nos impôts.
Gérard Fontaine.

Gérard Fontaine
Gérard Fontaine

J'ajoute que la direction de la SNCF se moque des provinciaux de sous-catégorie que nous sommes, habitants de villes moyennes,
et cela confirme que les gares LGV hors des villes qui ne sont que des
variables d’ajustement à la circulation des TGV et non des
infrastructures au service de la population.
Si lors de chaque décision concernant les dessertes, l’aménagement du
territoire était pris en compte, on pourrait considérer que la SNCF
joue son rôle de service public y compris
avec ses liaisons ferroviaires à grande vitesse. Mais dans cet exemple
du Ouigo, c’est la double peine assurée. Une entreprise publique sans
souci d’intérêt général qui opère en situation de monopole et l’impossibilité pour les usagers ou clients de se tourner vers un autre opérateur ferroviaire.