Questions & Réponses

Posez ici toutes vos questions et obtenez rapidement des réponses de notre part ou de la communauté.

Votre question ou un mot-clé

Question en attente de réponse

Anne ICART
Anne ICART

Suppression des lignes Auto / Train

Bonjour,

La SNCF vient en effet de supprimer les lignes Auto / Train vers les villes de Brive, Biarritz, Bordeaux, Toulouse, Narbonne, Lyon et Briançon.
Pratique et confortable, ce service permettait d’éviter les longs trajets par la route, et par conséquent les inconvénients et les risques de ces trajets.
Pour un trajet Paris-Toulouse, c’est-à-dire 700 kilomètres, pas de fatigue, pas de risque d’accident, pas d’embouteillages sur les diverses rocades traversées, pas d’usure de la voiture, et, « last but not least », pas de rejet de CO2 ni de particules fines dans l’atmosphère…
Le 10 octobre dernier, la SNCF a envoyé par Internet un avis aux usagers du service Auto / Train pour leur annoncer, sans autre forme de procès, que les lignes citées ci-dessus seraient définitivement supprimées dès le mois de décembre prochain.
D’explications, point. On a connu la SCNF meilleure communicante…
Sur un ton enjoué, elle propose trois solutions alternatives. Ouf ! se dit-on. Snif ! pleure-t-on, après consultation de ces solutions.

Solution n° 1 : Un particulier, membre du site LuckyLoc.com, qui a besoin de se rendre à destination conduit votre voiture entre les deux gares sélectionnées. Votre voiture est transportée sous 7 jours en moyenne, sous réserve... de disponibilité d'un conducteur. Tarif : à partir de 92 € (prix calculé sur la base d’un trajet Paris-Lille…).

Solution n° 2 : Un chauffeur professionnel conduit votre voiture entre deux adresses de votre choix. Votre voiture est livrée sous 24 à 48 heures après sa prise en charge. Tarif : à partir de 216 € (prix toujours calculé sur la base d’un Paris-Lille…).

Solution n° 3 : Votre voiture est transportée en camion entre deux adresses ou points relais, selon les villes (voiturier entre le point relais et votre domicile disponible en option – et, on suppose, moyennant surtaxe). Votre voiture est livrée en moyenne 10 jours après sa prise en charge. Tarif : à partir de 161 € (prix encore calculé sur la base d’un Paris-Lille).
A une époque où tous les discours tendent à restreindre le trafic routier, la décision de suppression du service Auto / Train et les solutions alternatives proposées par la SNCF frisent l’absurdité, non ? Et on ne sait au final s’il faut en rire ou en pleurer.
Car, vous l’aurez remarqué, les solutions alternatives consistent toutes à faire voyager les voitures… par la route. Bonjour la COP 21 à la SNCF !
Au final, ça donne quoi ? Illustration : Pour un voyage Paris-Toulouse du 6 janvier au 24 janvier 2018, voici mes possibilités :

Solution n° 1 : « le plus économique », chauffeur particulier, départ le 6 janvier, livraison le 10 janvier en gare d’arrivée (ce qui suppose donc que l’on soit en vacances sur place et pas à 100 km de là, ce qui est mon cas…) : 169 € (un bagage dans la voiture, pas plus).

Solution n° 2 : « 0 kilomètre au compteur », le camion, dépôt de la voiture à Valenton (94460), livraison à Lespinasse (hors de Toulouse) le… 24 janvier (soit le jour de mon retour :-)), pas de bagages dans la voiture : 334 € (ah oui quand même… !) Mais comme ma voiture me sera livrée le jour de mon retour, comment ferai-je pour la ramener à Paris ?
Solution n° 3 : « de porte à porte », le chauffeur professionnel, livraison de la voiture 48 heures plus tard à l’endroit choisi par vous. Pas mal ! Mais 491 €…

Voilà. Autant dire que ces solutions sont impraticables (et la SNCF qui parle de solutions moins chères...????).
Et qu’il aurait été plus honnête de la part de la SNCF de dire franchement les choses à ses usagers : pour des questions de rentabilité, nous supprimons les lignes Auto / Train et nous n’avons pas de plan B à vous proposer. Si ce n’est de voyager par la route.

Non, décidément, la SNCF n’est pas écolo ! Et quand elle prend ce genre de décision arbitraire, elle n’est pas (plus) non plus un service public. Qu’en pense l’Etat actionnaire ?

Dommage qu’elle n’ait pas davantage pensé à ses usagers, les plus âgés surtout, et à tous ceux qui ne souhaitent pas faire des kilomètres par la route, par confort et par souci de préserver et leur vie et la planète Terre.
Dommage qu’elle n’ait pas plutôt opté pour le développement de ce service, en le rendant moins confidentiel et plus attractif. Tout le monde avait sans doute à y gagner.
En attendant, tout le monde y perd.
« Make our planet great again »…

Sachez également que j'ai envoyé ce courrier à Nicolas Hulot, à Elisabeth Borne, ministre des Transports ainsi qu'aux députés et sénateurs des villes concernées par cette mesure absurde. Deux questions écrites de sénateurs ont été posées à la ministre des Transports. La presse s'est également emparée du sujet tout comme l'Association des usagers de l'auto-train.

Bien à vous,

Anne Icart

Réponses

Rose Michelet
Rose Michelet

Bonjour.
Tout à fait d'accord avec vous et bravo pour votre remarquable analyse.
La fermeture de 7 dessertes de ce service plus respectueux pour l'environnement et plus sûr pour ses usagers est incompréhensible. Sachez qu'une pétition pour le maintien du service auto/train a été lancée sur change.org. L'association des usagers du transport auto/train (AUTAUT) pourra vous donner le lien.

Anne ICART
Anne ICART

Chère Madame,

Merci pour l'information. Je vais évidemment signer cette pétition.
Espérons que les différentes interpellations de la ministre des Transports pèseront sur ce débat.
Bien à vous,

Anne Icart

JM CADIOU
JM CADIOU

"Espérons que les différentes interpellations de la ministre des Transports pèseront sur ce débat." a écrit madame Anne ICART le 22 novembre.
Oui, espérons-le, mais ce n'est pas gagné... hélas !
En tout cas, bravo Madame pour votre analyse de la situation que je partage pleinement, en tant qu'utilisateur d'Auto/Train, tout en la déplorant, bien évidemment.
Et comme aurait pu le dire l'un de mes chefs (un peu vulgairement j'en conviens), à propos de cette histoire de suppression de dessertes, lorsque l'on nous parle, par ailleurs, d'écologie et de sécurité routière, notamment : "Alors, là, on casse le conomètre", le conomètre étant un néologisme désignant un appareil de mesure virtuel dont l'étymologie veut bien dire ce qu'il veut dire...

Patricia MAYS
Patricia MAYS