Questions & Réponses

Posez ici toutes vos questions et obtenez rapidement des réponses de notre part ou de la communauté.

Votre question ou un mot-clé

Cette question a été résolue

Anonyme
Anonyme

Bouteille à la mer

Chère SNCF,

J’ai toujours été urbain en ta compagnie, mais tu me le rends si mal. J’arrive toujours à la gare 20 minutes à avant le départ du TGV. Je renouvelle toujours ma carte 12-25, même si j’ai bientôt plus l’âge. Je regarde d’un œil suspicieux tous ces co-voitureurs. J’étiquette mes bagages. Je signale des colis suspects en gare. Je prends soin de réserver des espaces vélos quand je veux transporter ma bicyclette. Je réserve mes billets des semaines à l’avance. Je paye dorénavant avec plaisir les frais d’annulation pour des billets devenus inutiles trois semaines plus tard. J’ai déjà aidé deux voyageurs distraits à retrouver leurs affaires oubliées. Je ne salis pas mon siège avec de la nourriture. Je regarde avec tendresse le bébé en face de moi qui hurle pendant toute la durée du voyage. Je me rends volontiers au wagon bar lorsque tu m’y invites. Je n’entre même plus le code pour accumuler des points lorsque je réserve mes billets. Etudiant, je n’ai jamais rechigné à manger des pâtes pour financer mes voyages en train. Je te soutiens dans ton aventure digitale et me crée un compte client et je télécharge ton application.

Mais voilà, en raison d'un obscur problème technique sur ton application, le fameux sésame du code-barre refuse de s’afficher. Tu me régularises à hauteur de 87 euros. J’accepte, encore, parce que tu me dis que ce n’est qu’une avance : tu me promets que je serai remboursé en gare, voire même que la transaction sera annulée directement ! Je te fais confiance. 87 euros pour une régularisation dont je ne suis pas le fautif, c'est pourtant une somme.

Mais en gare, tu me dis que ce n’est pas possible. Et plus tard, sur Internet, page réclamation, j’envoie tous les documents justificatifs méticuleusement scannés. Mais cela ne te suffit pas, et trois semaines maintenant que tu ne me réponds pas. Je n'ose croire que tu me dises que c'est de ma faute. Je me prépare pourtant au pire, si jamais tu décides un jour de me répondre.

J’avais simplement pris un jour de congé pour profiter d’un tarif plus clément.

Amèrement tiens,

Dossier TKSGUY