Questions & Réponses

Billets, trajets, services voyageurs, trains, autocars, tarifs et cartes ou encore échange et remboursement : posez ici toutes vos questions et obtenez rapidement des réponses de notre part ou de la communauté.

Question en attente de réponse

Ligne TGV Espagne France

Toujours pas de Réponse SNCF/RENFE ...
Pourrai t'on avoir une réponse? Merci.

"La chambre de commerce s’insurge contre le retard du tronçon Barcelone-Perpignan, et contre le report aux calendes grecques de Perpignan-Montpellier.

La Chambre de Commerce d’Industrie et de Navigation de Barcelone ne mâche pas ses mots à propos de la LGV Barcelone-Perpignan-Montpellier-Paris, toujours en rade. Dans un communiqué diffusé il y a quelques jours, la CCINB se plaint de l’absence de toute communication officielle sur la date de mise en service de la ligne, estimant qu’il est possible qu’elle n’ait lieu qu’à partir de l’an prochain.

«Incapables d’homologuer»

Le communiqué juge très négatif que les gouvernements espagnol et français n’aient pas encore été capables de faire circuler des trains en continu sur la LGV Barcelone-Perpignan, «alors que l’AVE espagnol circule sans encombre depuis huit mois jusqu’à Figueres-Vilafant» et que les TGV assurent depuis près de trois ans le transport de Paris jusqu’à cette gare transfrontalière catalane. Les voyageurs étant obligés, comme on le sait, de faire le changement à leur arrivée dans la cité de Dali. Pourtant, il avait bien été annoncé que la LGV devait être mise en service à partir du mois d’avril... dernier.

«Renfe et la SNCF se sont montrées incapables, à l’heure qu’il est, d’homologuer leurs unités de transport respectives sur le réseau des deux pays», accuse la CCINB.

Epreuve de force entre la SNCF et la Renfe

Les dirigeants de la chambre de commerce pointent une explication : «En toile de fond, il y a une épreuve de force entre les opérateurs de chacun des réseaux ferroviaires à grande vitesse des deux pays». Et des responsables: «Les autorités françaises n’autoriseraient la circulation des trains à grande vitesse de la Renfe que jusqu’à Lyon, Toulouse et Marseille. Jamais jusqu’à Paris». En revanche, s’indigne l’institution barcelonaise, la SNCF «prétend faire arriver ses trains jusqu’à Barcelone et Madrid».

L’organisme patronal qualifie cette situation de «mauvais précédent» pour la future libéralisation du transport ferroviaire au sein de l’Union Européenne.

«Obstacles à la libre circulation»

Après avoir chargé la SNCF, les auteurs du communiqué s’attaquent directement à la France : «Les obstacles à la libre circulation de l’AVE Barcelone-Paris sont aggravés par la décision des autorités françaises de remettre à au moins 2030 la connexion de grande vitesse au réseau espagnol». Le document cite le rapport de la commission parlementaire Mobilité 21, qui «recommande la révision à la baisse des connexions ferroviaires à grande vitesse avec l’Espagne», dans un souci de redressement budgétaire.

La CCNI parle évidemment du «chaînon manquant» Montpellier-Perpignan, que l’Etat français n’a pas classé comme prioritaire dans sa liste des LGV à réaliser. La chambre de commerce barcelonaise constate avec amertume «que la commission parlementaire française a considéré que le risque de saturation et de conflits d’utilisation ne justifiait pas la réalisation de ce tronçon, ni à court, ni à moyen terme».
Article paru dans Journal L'independet le 29 août à 07h44 par Joana Viusà | Mis à jour le 29 août

antonio cardoso
antonio cardoso

Réponses

Vous utilisez un navigateur dépassé

Pour une meilleure expérience du web, prenez le temps de mettre votre navigateur à jour ou de télécharger un navigateur plus moderne.

Voir le haut de la page